Référencement naturel (Partie 1)

Photo 44.jpg

Conseil de lecture : Si le référencement est quelque chose de nouveau ou complètement nébuleux pour vous, il est préférable de lire d'abord l'article intitulé Introduction au référencement web.

 

Comme son titre l'indique, cet article sera consacré au référencement naturel de pages web. Le référencement naturel concerne uniquement les critères techniques qui sont propres à chaque page. Ces critères sont évalués par un moteur de recherche pour déterminer la pertinence d'une page web et donc son positionnement dans les SERPs. Les critères techniques sont nombreux et de nouveaux critères apparaissent au fur et à mesure que les nouvelles technologies évoluent tandis que d'autres tombent en désuétude, d'où l'importance d'une veille technologique sur le référencement pour être à la page. Il faut également savoir que les critères techniques n'ont pas tous la même importance. Même si l'algorithme de Google n'est pas public, de nombreuses observations effectuées par les référenceurs permettent en effet de conclure que le moteur de recherche accorde plus d'importance à certains critères qu'à d'autres. Etant donné que cet article sur le référencement naturel va être long, il sera divisé en deux ou trois parties. Petite précision avant d'entrer dans le vif du sujet : pour modifier les critères techniques qui influent sur le référencement, il faut avoir accès au code source du site web et il faut aussi avoir quelques notions d'HTML.

Couple title / méta-description

A chaque fois que vous soumettez une requête à un moteur de recherche, il vous répond toujours en fournissant une liste de couples title / méta-description. A chaque couple est liée une page web. Le title correspond au titre sur lequel vous cliquez pour consulter la page web qui vous intéresse et la méta-description correspond quant à elle au petit texte qui se trouve dessous. Si vous suivez bien, il y a donc 10 couples title / méta-description par SERP. Le couple title / méta-description est un critère important pour une page web car c'est ce couple qui donne envie (ou pas) aux internautes de la consulter sans qu'ils sachent pour autant à quoi elle ressemble. Si vous consultez une page web proposée par un moteur de recherche, c'est parce que vous avez lu le couple title / méta-description lié à cette page et parce que vous avez jugé qu'il correspondait à peu près à ce que vous recherchez. Ce couple constitue alors un engagement, une promesse que l'internaute trouvera ce qu'il souhaite en consultant la page web liée à celui-ci. Le couple méta-description doit donc concorder avec le contenu textuel de la page web et il doit être attractif sans pour autant être mensonger ou putaclic racoleur, c'est pourquoi il est important de le rédiger correctement. Il est dès lors nécessaire d'avoir quelques notions en rédaction web et de maîtriser plus particulièrement la notion de mots-clés. Ces notions seront abordées dans le prochain paragraphe qui portera sur le texte optimisé. Voici en attendant un exemple de couple :

 

Title : "Travaux de plomberie à La Rochelle"

Méta-description : "localisée à La Rochelle dans la Charente-Maritime (17), la société Top Plomberie prend en charge vos installations sanitaires et intervient rapidement en cas d'urgence."

 

Pour un site vitrine classique, le title d'une page web doit indiquer au moins l'activité principale à promouvoir (plomberie dans l'exemple) ainsi qu'un lieu important inclus dans la zone d'intervention (La Rochelle dans l'exemple). Si le nombre de caractères le permet, le title peut aussi indiquer éventuellement le nom de la société.

 

Quant à la méta-description, elle doit être claire, informative et agréable à lire. Elle doit mentionner elle aussi l'activité à mettre en avant ainsi que la zone d'intervention.

 

Attention, le title et la méta-description doivent être limités en nombre de caractères : 70 caractères maximum pour le title et 170 caractères maximum pour la méta-description. Vous avez peut-être déjà remarqué les titles ou les méta-descriptions qui finissent par "..." dans les SERPs. Google tronque automatiquement le texte trop long afin que toutes les pages web soient à peu près sur un même pied d'égalité. Il est dès lors inutile de vouloir trop en dire dans un title ou une méta-description, sans quoi la fin de votre texte tomberait dans les limbes du web. Il n'y a pas de longueur minimum pour un title ou une méta-description, mais il est évident que ces deux éléments doivent être le plus informatif possible pour susciter l'intérêt des internautes.

 

Pour finir, le title et la méta-description doivent être uniques pour chaque page web d'un même site. Il convient également de ne pas copier les titles et méta-descriptions d'un site web concurrent car le plagiat est sanctionné par les moteurs de recherche. Un couple title / méta-description peut bien entendu être proche d'un autre couple existant (difficile d'être original quand il existe déjà des milliers de pages web sur la plomberie), mais il faut éviter le copier-coller.

Texte optimisé

Architecture d'un texte web

 

Un texte optimisé pour le web est un texte qui respecte une architecture particulière afin d'être plus facilement analysé par les moteurs de recherche. Il s'agit du critère technique le plus important pour une page web. Le texte de chaque page doit notamment comporter un titre principal (appelé titre h1 car ce titre doit être placé entre des balises HTML <h1>...</h1>) et doit être structuré en paragraphes avec des titres h2 (ces titres devant être placés entre des balises HTML <h2>...</h2>). Pour vous donner une idée, le titre h1 de cet article est "Référencement naturel (Partie I)" et les titres h2 sont "Couple title / méta-description", "Texte optimisé", etc.

 

Pour plus de clarté, il est possible de découper des sections h2 en sous-paragraphes avec des titres h3. Par exemple, la section h2 que vous lisez ("Texte optimisé") est découpée en deux sous-parties avec les titres h3 "Architecture d'un texte web", "Notion de mots-clés" et "Erreurs à éviter". Et une section h3 peut elle-même être découpée en plusieurs parties avec des titres h4.

 

Il est donc possible de créer un découpage très précis du texte en allant jusqu'à h6. Ceci dit, le texte risque d'être difficile à lire si son arborescence est trop complexe. Si vous n'avez pas l'intention d'écrire un roman sur une seule page web, il est donc préférable de se limiter aux titres h2 et pourquoi pas h3. Dans tous les cas, l'architecture du texte doit être cohérente : il doit y avoir un seul titre h1 sur une page web. Il ne doit pas y avoir de titres h3 s'il n'y a pas de titres h2. De même, il ne doit pas y avoir de titres h4, s'il n'y a pas de titres h3, etc.

 

Vous pouvez voir le code HTML d'une page web et donc l'architecture de son texte grâce au raccourci Ctrl+U ou en effectuant un clic droit et en sélectionnant "Afficher le code source de la page".

 

Dernière remarque : le titre h1 doit être unique lui aussi et ça ne doit donc pas être un copier-coller du title.

Notion de mots-clés

 

Un texte optimisé doit également comporter un certain nombre de mots-clés qui ont un rapport avec l'activité mise en avant. Les mots-clés figurent en gras dans le contenu textuel et ils sont écris entre des balises <strong>...</strong> dans le code HTML pour indiquer aux moteurs de recherche qu'on souhaite plus particulièrement appuyer sur tels ou tels mots dans le texte. Un mot-clé peut aussi bien être un simple mot ("menuiserie") qu'un groupe de mots ("travaux de menuiserie").

 

Sachant que les mots-clés n'ont pas tous la même importance, il est préférable de faire figurer les plus importants dès le début du texte pour accaparer sans tarder l'attention du lecteur et bien lui faire comprendre qu'il a trouvé exactement ce qu'il cherche (et qu'il n'a donc pas besoin de se rendre sur un site web concurrent). Les informations importantes comme l'activité principale à mettre en avant et l'agglomération principale comprise dans la zone d'intervention doivent notamment figurer dans les premières lignes. Quant aux mots-clés moins importants, ils doivent être dispersés dans le reste du texte pour inciter l'internaute à poursuivre sa lecture jusqu'au bout. Cette stratégie de répartition des mots-clés se nomme la longue traîne (long tail en anglais). Les mots-clés importants sont généralement courts ("chaussures de sport") tandis que les mots-clés secondaires sont plus longs ("chaussures de sport en solde pour femmes").

 

Des mots-clés doivent figurer dans le texte, mais il est recommandé d'en mettre aussi dans les titres, les couples title / méta-description et les URLs lorsqu'il est possible de les réécrire.

Erreurs à éviter

 

Deux erreurs doivent absolument être évitées lorsqu'on rédige un texte web :

 

- Le bourrage de mots-clés (keyword stuffing) : cette mauvaise pratique consiste à répéter x fois le même mot-clé dans un faible volume de texte. Non seulement ça ne contribue pas à améliorer le positionnement de pages web, mais les moteurs de recherche sanctionnent en pénalisant le référencement. Il faut bien avoir conscience que Google utilise son filtre Pingouin spécialement pour traquer les pages web dont la densité de mots-clés est suspecte.

 

- Le contenu dupliqué (duplicate content) : ça veut bien dire ce que ça veut dire. On copie du texte sur un site web concurrent et on le colle ni vu ni connu sur son propre site. Le plagiat est interdit, y compris sur Internet, et les moteurs de recherche sanctionnent donc également cette mauvaise pratique en pénalisant le référencement. Comme ils aiment bien les animaux chez Google, c'est cette fois le filtre Panda qui est chargé de traquer les contrevenants.

 

Si jamais votre site web prend une pénalité pour bourrage de mots-clés ou contenu dupliqué, autant vous dire qu'il mettra plusieurs mois à s'en remettre.

Du texte, du texte, du texte et encore du texte

Les crawlers (robots d'indexation) adorent le texte ! Plus il y en a et plus ils sont contents. En revanche, ils n'apprécient guère les pages web où il n'y en a pas (typiquement les pages de formulaires ou les pages qui montrent juste des photos). Le contenu textuel est important pour les bots (ou robots) car c'est le principal moyen qu'ils ont actuellement pour juger de la pertinence d'une page. Ces petites bêtes sont aveugles et elles ne portent donc aucune attention à l'aspect visuel d'une page web. Peut-être que ça pourrait changer dans un avenir proche, toujours est-il que pour le moment les moteurs de recherche se basent essentiellement sur la qualité du texte pour déterminer la pertinence d'une page. Bref, le texte c'est la vie. Il faut donc si possible ajouter régulièrement du nouveau contenu à un site web pour montrer aux robots qu'il est vivant et pour attirer des internautes, d'où l'intérêt d'un blog. Il s'agit d'une interface qui permet d'ajouter facilement autant de pages web que vous le souhaitez à votre site. Pour vous donner un exemple, nous utilisons un blog afin de vous proposer régulièrement du nouveau contenu.

 

Une dernière erreur à éviter : la belle page d'accueil où il n'y a pas de texte. Ayez bien conscience que la page d'accueil est le point d'entrée principal de votre site et ce serait donc dommage que les crawlers (robots d'indexation) n'y prêtent aucun intérêt. Vous pouvez vous permettre la fantaisie de la page d'accueil sans texte si votre site web a déjà une certaine notoriété et s'il génère une audience conséquente, mais si votre site web est nouveau alors il est préférable de satisfaire aussi les crawlers dans un premier temps.

 

Vous l'aurez donc compris, les pages web d'un site n'ont pas toutes la même importance pour les bots (ou robots). Il faut donc leur indiquer les pages qu'ils doivent prendre en compte (celles qui ont du texte) et celles qu'ils ne doivent pas considérer. C'est ce que nous verrons dans le prochain article qui sera consacré lui aussi au référencement naturel.



Référencement web

09/11/2017 à 11H28 par Erreur 404

Retour aux actualités
Vous souhaitez donner de l'élan à votre communication ? Nous vous conseillons et vous accompagnons dans votre projet.
Nous contacter